Enregistrement | Perdu votre mot de passe ?

.

Cliquez sur la capture d’écran pour visionner le reportage de TF1 sur le lancement du FOAT le 16 avril

.

Après deux jours de cotation, les 16 et 17 avril, le contrat à terme sur l’OAT français (FOAT) a légèrement reculé, le volume d’échanges étant limité. Selon certains observateurs, un temps d’adaptation s’impose pour tout nouveau produit lancé sur le marché et pour d’autres, l’attentisme reste de mise jusqu’au 7 mai, le lendemain de l’élection présidentielle française 2012.

Le contrat sur l’emprunt français (Euro-OAT-Futures) a perdu 0,54%, à 125,34. Le cours de compensation initial avait été fixé à 126,02 vendredi dernier, par la société allemande Eurex. Le premier jour de cotation, 2573 contrats ont été échangés, soit moins de 257,3 millions d’euros de nominal. Au deuxième jour, les opérateurs ont échangé 3.000 contrats.

Le magazine français Challenges rapporte qu’à l’Agence France Trésor, l’équipe de Bercy (ndlr: ministère de l’Economie français) en charge de la gestion de la dette, on se réjouissait du fait que les contrats Eurex “apportent de la liquidité” au marché français et puissent contribuer à faire baisser le coût des emprunts.

Les investisseurs sont encore en phase d’observation. “Il y a un intérêt certain, mais les investisseurs attendent tous que la liquidité augmente. Tout le monde attend que l’autre se jette à l’eau”, explique le responsable Dérivés parisien en se disant optimiste sur le produit à plus long terme.

Ces échanges devraient toutefois progresser et pourraient s’emballer au lendemain de l’élection présidentielle française, le 7 mai 2012. “L’Europe est lourde, l’Espagne est attaquée, l’Italie aussi mais un peu moins. La France va commencer à entrer dans la zone de turbulences avec l’élection présidentielle”, prévient un responsable des marchés.

Prévisions étayées par le regain de tension sur les dettes espagnole et italienne depuis le début de semaine. Lundi matin, le rendement des emprunts espagnols à dix ans, a dépassé la barre des 6 % et l’écart entre les taux à long terme espagnols et allemands – qui mesure la prime de risque sur la dette espagnole – atteignait des sommets. Cette aggravation de la crise pourrait peser sur la note française, entraînant la France dans une période à risque. Les turbulences pourraient être d’autant plus importantes que Moody’s a annoncé être prête à dégrader la note de la France.

Sur le même sujet:

- Eurex France: ce que le patron de l’AMF ne dit pas

- Eurex, une épée de Damoclès sur la France


  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • email
  • StumbleUpon
  • Twitter
  • LinkedIn
  • MySpace
  • viadeo FR
  • Add to favorites
  • Google Bookmarks
  • Netvibes
  • Yahoo! Buzz